Catégories
Non classé

Le MFGNU à Philippine-Duchesnes

Presse: Peux-tu te présenter en quelques mots?
Elise: Je m’appelle Elise Phengphachanh-Bernard, je suis en seconde au lycée Philippine-
Duchesne.
P. : Depuis combien de temps participes-tu à MUN?
E. : Il s’agit de ma toute première fois.
P. : Et pour une première fois, la conférence correspond-elle à ce à quoi tu t’attendais?
E. : Cela dépend des points de vue, étant donné que celle-ci est en distanciel. On participe moins
que ce à quoi je m’attendais mais j’ai été également agréablement surprise par le fait que j’ai trouvé les problématiques de la conférence très intéressantes et abordables, des sujets d’actualité qui nous parlent.
P. : A quel comité appartiens-tu?
E. : J’appartiens au comité de l’Environnement et je représente la délégation tchadienne.
P. : Pourquoi as-tu choisi ce comité?
E. : Je n’ai pas pu choisir ma position, mais j’apprécie beaucoup ce comité car la problématique est d’actualité et très importante, 8% de la population mondiale souffre de la faim. Au Tchad, la sous- alimentation est si élevée que la mortalité infantile est repartie à la hausse, baissant de 14 % sa population active, et montrant à quel point cette crise alimentaire est grave.
P. : As-tu rencontré des problèmes en distanciel?
E. : J’ai perdu pas mal de temps pour me connecter pour la visioconférence mais cela s’est amélioré en fin de matinée, et j’ai pu suivre sans encombre la suite de la conférence.
P. : Tes échanges avec la présidence et les autres délégués ont-ils été modifiés à cause de cela?
E. : Je pense que l’on pourrait mieux communiquer en présentiel mais on a quand même pu échanger et garder un lien afin de suivre la conférence, permettant de participer à MFNGU malgré le COVID.
P. : Quels sont les avantages du distanciel selon toi?
E. : Je pense que pour certains, c’est plus facile de s’exprimer à travers un écran qu’en face à face, même si ce n’est pas le cas pour moi. De plus, j’ai quand même pu avoir une première expérience MUN malgré la pandémie du COVID-19.
P. : Quels sont pour toi les points faibles du distanciel?
E. : Les échanges entre les délégués et avec la présidence sont moins faciles. Certaines fois, on ne peut pas entendre ce que les autres disent à cause des problèmes de connexion. On ressent moins l’ambiance qu’on aurait en présentiel, en rencontrant d’autres élèves en face à face, le
contact humain est beaucoup moins présent.
P. : Aimerais-tu participer à MFGNU l’année prochaine?
E. : Je participerai avec plaisir à la conférence, et serai encore plus enthousiaste si on pouvait avec l‘ évolution de l’épidémie du COVID-19 l’effectuer en présentiel, afin d’avoir une expérience différente de celle en distanciel.

Lucie Phengphachanh-Bernard.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s